Québec-officinalis.Apothicaire Québec Officinalis
Invoquer,Faux CV,Provoquer,Fausse Parenté,Évoquer$$$
 Tryptique et Duo-performance
 
Aucun test,Aucun enregistrement
Pierre Brouillette Fiduciaire Sujet Paul Guérin
   Accueil      Famille Quérin



Un peu sur les origines de la famille médicale prestigieuse des Guérin et Paul non le moindre de réputation mondial.



  



Attention: réponse de la vrai famille Guérin.

http://quebec-officinalis.com/Sylvain-Thenault-Gu%C3%A9rin.php

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jean-Marie-Camille GUERIN

1872-1961

Vétérinaire et biologiste français

Camille Guérin est co-inventeur avec Albert Calmette du vaccin B.C.G. (Bacille Calmette Guérin) destiné à lutter contre la tuberculose.

Jean-Marie-Camille Guérin est né à Poitiers dans la Vienne, le 22 décembre 1872. Son père dirige une entreprise de travaux publics, et rien ne le prédestine à devenir vétérinaire.


Pourtant, la mort prématurée de son père emporté par la tuberculose en 1882, et le remariage de sa mère avec un vétérinaire de Châtellerault, Monsieur Venien, vont tracer très tôt la voie de Camille Guérin.


Il étudie au Lycée Descartes de Châtellerault, obtient son baccalauréat en 1891. Tandis que son frère prend la charge d’une pharmacie, Camille Guérin intègre la prestigieuse Ecole Vétérinaire de Maisons-Alfort. Il satisfait aux exigences du concours d’entrée qui stipule une "nécessaire résistance, tenue et maintien du candidat"

.

De 1892 à 1896, il est  élève de l'École vétérinaire d'Alfort, où il travaille dans le service des maladies contagieuses; il manifeste son intérêt pour le travail de laboratoire. Il s’attache très tôt à celui qu’il appellera son maître, le médecin-vétérinaire Edmond Nocard (1850-1903). Guérin obtient son doctorat de médecine vétérinaire en 1896.



Albert Calmette, sommité scientifique chargée en 1895 de la création à Lille d’un Institut de sérothérapie et de recherches en microbiologie ressent très vite le besoin de s’adjoindre un collaborateur vétérinaire. Il retient la candidature de Camille Guérin, qui rejoint Lille en 1897 comme préparateur, où il est chargé de la production des sérums antivenimeux et de la préparation du vaccin antivariolique qu'il améliore considérablement. Ils travailleront ensemble près de 36 années sur la prévention de la variole, puis la lutte contre la tuberculose. Leurs travaux recevront un écho sans cesse grandissant.


En 1900, il est nommé chef de laboratoire à l'Institut Pasteur de Lille; la même année il épouse Marie Lavergne qui lui donnera deux enfants. En 1905, il met au point une méthode de contrôle des vaccins antivarioliques, basée sur la numération des éléments virulents contenus dans ces vaccins. Ce travail est récompensé par la médaille d'or de la commission de la vaccine de l'Académie de médecine.

Dans les années 1905 - 1915, Calille Guérin portraitil publie, en collaboration avec Calmette, une série de mémoires relatifs au mécanisme de l'infection tuberculeuse. Toutes les trois semaines Guérin procède aux réensemencements du bacille dans un milieu à base de bile de bœuf glycérinée, sur une assise de pomme de terre. Les deux chercheurs s'aperçoivent que les cultures perdent peu à peu leur virulence.


En 1915, Lille est occupée par l'armée allemande et les recherches doivent cesser. Le matériel de laboratoire est volé ou détruit.


En 1918, sa femme meurt d'une méningite tuberculeuse.


Camille Guérin est nommé chef de service à l'Institut Pasteur de Lille en 1919, il y restera jusqu'en 1928.

Leurs travaux sur la vaccination antituberculeuse reprennent après la première guerre mondiale et, en 1921, après 230 passages sur milieu bilié, Calmette et Guérin sont parvenus à obtenir une souche de bacilles atténués, capable de conférer l'immunité. Après de nombreux essais de vaccinations BCG (bacille Calmette-Guérin) sur des bovidés et d'autres animaux; Benjamin Weill-Hallé (1875-1958) procède, le 18 juillet 1921, avec succès, à la première vaccination humaine, par ingestion sur un enfant issu d'un milieu tuberculeux et fatalement voué à l'infection.


En 1924, les pouvoirs publics autorisent l'Institut Pasteur à étendre les vaccinations BCG sur les nouveau-nés;

Benjamin Weill-Hallé et Raymond Turpin, procèdent à la vaccination BCG sur les enfants hospitalisés et nés à la maternité de l'Hôpital de la Charité, à Paris. Le 24 juin 1924, les résultats de ces premières vaccinations sont présentés devant l'Académie de médecine par A. Calmette, C. Guérin et leurs collaborateurs. Des souches vaccinales sont distribuées gratuitement aux laboratoires qualifiés, français ou étrangers, qui en font la demande.


La commission de vaccine de la section d'hygiène de la Société des Nations, réunie à Berlin en 1927, adopte la méthode de Camille Guérin comme méthode internationale de contrôle des vaccins antivarioliques.

En 1928, Camille Guérin quitte l'Institut Pasteur de Lille pour prendre la direction du service de la tuberculose à l'Institut Pasteur de Paris.

Procès de Lübeck

En décembre 1930, dans la ville allemande de Lübeck, une catastrophe allait fortement entacher la réputation du vaccin BCG. Pendant sa préparation au laboratoire des mycobactéries, du vaccin BCG fabriqué sur place fut accidentellement contaminé par une souche virulente de bacilles tuberculeux humains. Sur 256 enfants ayant reçu ce vaccin contaminé, 77 moururent et 130 furent atteints de tuberculose chronique. Une commission nommée par le gouvernement allemand enquêta pendant 20 mois avant de reconnaître l'innocence du vaccin BCG, mais Albert Calmette sortit profondément marqué par ce drame.


La VIIe conférence internationale contre la tuberculose, réunie à Oslo, du 12 au 15 août 1930, manifeste sa pleine confiance dans le BCG, malgré le drame de Lübeck.


Camille Guérin est élu membre de l'Académie de médecine en 1935. Il en devient le président en 1951.

Nommé vice-président du Comité national de défense contre la tuberculose (CNDT) en 1939, dont le président est André Honnorat.

Camille Guérin vient loger à l'Institut Pasteur, de 1939 à 1945, à l'invitation de J. Tréfouël, après la réquisition de son logement parisien par l'armée allemande. En 1945, il devient membre du Comité national d'hygiène sociale (ministère de la Santé publique).


En 1948, Camille Guérin préside le premier Congrès International du B.C.G. Il devient Président de l’Académie Vétérinaire de France en 1949, et Président de l’Académie de Médecine en 1951. L'Académie des sciences lui décerne le grand prix de la recherche scientifique en 1955.

Camille Guérin s’éteint à 89 ans, le 9 juin 1961, à l’Hôpital Pasteur de Paris. Il est inhumé à Châtellerault, auprès de son épouse, dans son Poitou natal.

 Principaux travaux de Camille Guérin

Production de serums antivenimeuxCalille Guérin Laboratoire

En 1897, il est chargé tout d’abord de la production de sérums antivenimeux et de la préparation du vaccin antivariolique, Camille Guérin, alors Chef de laboratoire à l’Institut Pasteur de Lille, poursuit ses travaux sur la prévention de la variole, menée un siècle plus tôt par Jenner. Il met en œuvre une méthode d’inoculation originale, par dénudation épidermique, sur le lapin, utilisé comme vaccinifère. Il découvrira ensuite une méthode de contrôle de la valeur des vaccins, basée sur la numération des éléments virulents qu’ils contiennent.

Lutte contre la tuberculose

De 1905 à 1908 : Calmette et Guérin utilisent la tuberculose bovine comme modèle d’étude. Ils étudient le mécanisme de l’infection, par analogie avec certains travaux de Roux (1853-1933) et Nocard sur la morve du cheval.

Ils constatent alors qu’une seule primo-infection tuberculeuse sur des bovins adultes maintenus à l’abri d’une réinfection aboutit à une réaction positive à la tuberculine et à une résistance à une réinfection. Ils conclurent alors que pour résister à la tuberculose, il fallait être porteur de bacilles vivants!

 

Les germes tuberculeux se présentant au microscope sous l’aspect de paquets bacillaires, en "amas", ils développent alors l’idée d’utiliser un tensio-actif naturel, la bile de bœuf. Celle-ci permet d’obtenir des suspensions bacillaires homogènes et bien dispersées, qui facilitent l’inoculation d’un nombre connu et déterminé de germes.


Après plusieurs passages sur milieu bilié, ils constatent alors que la bacille tuberculeux d’origine bovine utilisé voit sa virulence diminuée jusqu’à devenir inoffensif. Treize années de passages successifs, soit 230 au total, permettent à Calmette et Guérin d’obtenir une souche bacillaire parfaitement inoffensive : le B.C.G.


C’est le pédiatre Benjamin Weill-Hallé qui prend le premier la responsabilité d’appliquer le vaccin sur un être vivant. La première vaccination eu lieu le 18 juin 1921 sur un bébé né d’une mère morte de la tuberculose, et destiné à vivre dans un milieu très infecté.


" C’est en appliquant ces données acquises sur le bovin que le premier enfant fut vacciné en 1921. Jusqu’en 1934 plus de 800 000 vaccinations humaines avaient été faites en France. La mortalité infantile, toutes causes confondues, portant sur 450 000 enfants de 46 pays différents est moitié moindre chez les enfants vaccinés que chez les enfants non vaccinés !  "


C. GUERIN - Notice sur les travaux scientifiques, 1934

Développement du B.C.G.

Promu Officier de l’Ordre National de la Légion d’Honneur en 1928, il est appellé dans le même temps à diriger le laboratoire du vaccin B.C.G. de l’Institut Pasteur de Paris. Le vaccin B.C.G. fait l’objet de vives critiques, pour atteindre son apogée lors de “ l’Affaire de Lübeck ”. En effet, 72 enfants vaccinés par le B.C.G. meurent à Lubeck durant l’année 1930. L’Institut Pasteur, qui avait fourni la souche, est alors accusé. Pourtant, le tribunal de Lübeck rendra son jugement en 1932, lavant l’Institut Pasteur de toute responsabilité. Albert Calmettemeurt l’année suivante.

Le B.C.G. est diffusé largement dans le monde. L’Institut Pasteur distribue gratuitement le vaccin aux médecins et sages-femmes. Pour l’étranger, l’Institut Pasteur expédie les souches, et la préparation du vaccin se fait sous la responsabilité des laboratoires nationaux.
La vaccination par B.C.G. est rendue obligatoire en France en 1950.


" Dans le domaine de la tuberculose, c’est par une expérimentation portant sur plus de 900 bovidés, tous autopsiés au laboratoire que la collaboration du médecin et du vétérinaire devait montrer son efficacité, en mettant en relief beaucoup de points obscurs de la pathologie comparée et surtout de la pathogénie de la tuberculose... Depuis les remarquables travaux de Roux et Nocard sur la morve équine, nous étions frappés des rapports étroits qui existent entre cette affection et la tuberculose, non seulement des points de vue anatomopathologique et bactériologique (malléine, tuberculine), mais aussi pensions-nous pour ce qui est de la pathogénie de ces deux infections.... Roux et Nocard avaient démontré l’origine intestinale de la morve pulmonaire, reprenant les conclusions de Chauveau émises dès 1872 ; nous nous sommes efforcés de mettre en évidence la perméabilité de la muqueuse intestinale saine pour le virus tuberculeux sans laisser de trace, l’invasion des systèmes lymphatique et sanguin et l’apparition, s’il y a lieu, des localisations diverses, y compris celle des poumons.  "


C. GUERIN - Notice sur les travaux scientifiques, 1934


" Au bout de 13 années (...), on a pu obtenir une souche bacillaire parfaitement inoffensive par toutes les voies pour le lapin, le cobaye, le boeuf... (...) D’où la tentation de se servir de ces bacilles inoffensifs et dès le plus jeune âge, pour obtenir un état de prémunition contre les contaminations...Nous avons pu prouver que la place appartient au premier occupant, il faut donc vacciner dans un milieu strictement indemne de tuberculose et aussitôt que possible après la naissance...  "




C. GUERIN - Notice sur les travaux scientifiques, 1934




http://medarus.org/Medecins/MedecinsTextes/guerin_camille.htm


https://fr.wikipedia.org/wiki/Camille_Gu%C3%A9rin 

Camille Guérin et le BCG

La ville de Poitiers a vu naître l'un des plus grands savants de l'époque moderne, Camille Guérin, le co-découvreur (avec Albert Calmette) du vaccin le plus utilisé dans le monde aujourd'hui, le BCG. (le Bacille Calmette et Guérin).

Par Caroline Hubert


Leur vaccin a révolutionné la santé publique. Associé, quelques années plus tard à la pénicilline, il a permis de venir à bout du fléau qui a fait le plus de ravages au XIXe siècle et dans la première moitié du XXe, la tuberculose.





Camille Guérin est mort en 1961. Un lycée porte son nom à Poitiers. Et pourtant, à ce jour, aucun documentaire ne lui a jamais été consacré.

A Poitiers, l'enfance de Camille Guérin a été bouleversée par la tuberculose qui emporte son père lorsqu'il a dix ans. Sans doute pour réussir à élever ses enfants (Camille a un frère un peu plus âgé), sa mère se remarie avec un vétérinaire de Châtellerault qui s'entend à merveille avec les deux garçons. Surtout avec Camille sur qui son influence est déterminante et dont il devient rapidement le modèle.

Dès que ses études au lycée Descartes lui en laissent le loisir, Il entraine l'adolescent dans ses tournées pour soigner les animaux des fermes environnantes et lui communique sa passion du métier.


C'est sans hésiter qu'à 19 ans (en 1892), après son bac, Camille passe le concours d'entrée à l'école vétérinaire. L'établissement de Maison Alfort est dirigé à l'époque par un homme de grande valeur, Edmond Nocard, qui souhaite développer, dans le domaine de la biologie, la collaboration entre les médecins et les vétérinaires.

Le jeune Camille Guérin ambitionne de reprendre à Châtellerault le cabinet vétérinaire de son beau-père mais il se passionne vite pour la microbiologie et la recherche.


Il travaille dans le service des maladies contagieuses, puis rapidement aux côtés du professeur Nocard, dans son laboratoire.



http://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/emissions/doc-24-poitou-charentes/camille-guerin-bcg-lundi-6-mars-apres-grand-soir-3-1205361.html



Bande annonce documentaire "Camille Guérin et le B.C.G."

Bande annonce documentaire "Camille Guérin et le B.C.G."

Réalisation :  Marie-Dominique Montel et Christopher Jones

Une coproduction : France Télévisions-France 3 Poitou-Charentes / Zoulou compagnie

On fait encore des recherches de la parenté de Paul avec Camille , rien trouvé encore...